Palmarès 2018

Le Grand Prix du FIFAD

Prix de la Radio Télévision Suisse

CHF 5’000.-

Mountain

De Jennifer Peedom (Australie), 74’

Un film qui raconte l’obsession humaine de la montagne. Il y a trois siècles, l’alpinisme s’apparentait encore à de la folie. Les sommets étaient considérés comme des lieux de tous les dangers. Pourquoi aujourd’hui des millions de gens sont-ils attirés par les hauteurs ? Une magnifique symbiose cinématographique et musicale entre l’Orchestre de chambre d’Australie dirigé par Richard Fognetti et le regard de la réalisatrice Jennifer Peedom, à qui l’on doit également Sherpa, Grand Prix du FIFAD 2016, est un élément de réponse.

Diable d’Or – cat. « Montagne »

Prix du Club Alpin Suisse (CAS)

CHF 2’500.-

La rose du Mont-Blanc

De Daniel Lafarge et Sylvain Georges (Suisse), 49,30’

Dans « La rose du Mont-Blanc », Stéphane Dan est guide de haute montagne. Basé au Tour dans la vallée de Chamonix, il passe la plupart de son temps en montagne que ce soit skis aux pieds, avec des clients, ou avec des amis. Depuis de nombreuses années, il a décidé de consacrer une bonne partie de la saison d’été et d’automne à la recherche des minéraux, véritables trésors du massif du Mont-Blanc. Nous l’avons suivi durant deux ans afin de découvrir ce qui se cache derrière son nom: cristallier. Plus qu’un métier, c’est une passion partagée avec des proches qui, comme lui, ont en premier lieu un amour fou de la montagne.

Diable d’Or – cat. « Environnement »

Prix de la Commune d’Ormont-Dessus

CHF 2’500.-

Sur les îles du ciel 

De Olivier Alexandre (France), 52’

Loin d’être le désert glacé qu’on imagine, la haute montagne serait-elle le berceau d’espèces nouvelles et conquérantes ? A la quête de l’androsace du Mont-Blanc et de la migration des végétaux, un chercheur en biologie de l’évolution et un botaniste, à la fois scientifiques et redoutables alpinistes, nous entraînent dans des découvertes surprenantes.

Diable d’Or – cat. « Exploits/Aventures »

Prix du Club Alpin Suisse (CAS)

CHF 2’500.-

Russi-Collombin, un duel au sommet

De Pierre Morath (Suisse), 52’

Dans les années 1970, Bernhard Russi s’installe sur le toit du monde du ski alpin. Il est champion olympique à Sapporo, champion du monde et vient de renverser la domination autrichienne. Mais très vite sa suprématie est menacée par un Valaisan du nom de Roland Collombin qui vient perturber son ivresse de victoires. Ce sera la légendaire rivalité entre le « Sunny Boy » alémanique et le natif de Versegères fêtard et volontiers provocateur. Sur la piste les deux hommes sont aussi différents que dans la vie. Russi, c’est la précision épurée, Collombin, lui, représente l’audace et la fougue indomptable. « La comparaison arrangeait bien les médias qui faisaient monter la mayonnaise en opposant un gentil et un sauvage. En réalité, nous avons toujours été plus proches l’un de l’autre que les médias ne le laissaient croire. J’ai toujours voué un profond respect et une grande amitié à Roland. On se téléphone régulièrement et le rencontrer reste un moment de plaisir intense. Je crois que c’est réciproque. Pour tout dire, je lui dois beaucoup », expliquera Russi en 2013 dans «L’illustré». Les deux sportifs suisses deviennent des stars et galvanisent les passions de tout le pays. Mais le 6 décembre 1975, Roland Collombin subit une grave chute à Val-d’Isère et met fin à sa carrière. Une époque que Pierre Morath fait revivre avec des images d’archives et des interviews contemporaines.

Diable d’Or – cat. « Sports extrêmes/Freeride »

Prix Mammut

CHF 1’500.-

Above the sea 

De Josh Lowell (USA), 15’

Chris Sharma est l’un des plus grands praticiens de la grimpe à mains nues au-dessus de la mer : le « soloing ». Dix ans après avoir gravi une arche majestueuse, il retourne à Majorque et escalade un magnifique mur. Il faut s’accrocher du bout des doigts et ne pas se décourager quand, à chaque fois, l’escalade se termine dans les eaux profondes.

Diable d’Or – cat. « Culture du Monde »

Prix de la Société de Développement de Vers-l’Eglise

CHF 1’000.-

Les cavaliers afghans

De Louis Meunier (France), 52’

« Dans ce pays sans âge on ne parle pas de nationalité mais de peuple. On ne compte pas en kilomètres mais en jours de route. Quand on se quitte on se dit « Zenda Basch » (sois vivant) parce que l’existence est incertaine. » Fasciné par la lecture des « Cavaliers » de Joseph Kessel, Louis Meunier rêve d’assister à un buzkashi, un tournoi redoutable où les cavaliers, les « tchopendoz », ne craignent ni les blessures ni la mort. Louis Meunier deviendra l’un d’entre eux dans l’équipe de Kaboul.

Prix spécial du jury

Prix de l’Etat de Vaud, mémorial Jean-Claude Mermoud

CHF 5’000.-

Premières loges

De Vincent Chabloz (Suisse), 52’

Sur les flancs d’une vallée secrète, une vieille forêt restée à l’état sauvage voit arriver le printemps. Du même coup tout s’éveille. À grands coups de bec, le pic noir entame la création d’une loge dans un tronc d’arbre. Pour lui ? Pour sa progéniture ? De jeunes chouettes, une martre convoitent également cette confortable loge. Prédateurs et prédatés se côtoient ainsi au quotidien, contraints de vivre en bon voisinage pour le pire comme pour le meilleur.

Prix du public

Prix de la Société suisse des hôteliers

CHF 1’000.-

1818 ou la débâcle du Giétro

De Christian Berrut (Suisse), 80’

Le 16 juin 1818 à 16 h 30, 20 millions de mètres cubes d’eau se déversent dans le val de Bagnes jusqu’à Martigny. En trente minutes, cette catastrophe fera 35 morts et plus de 200 bâtiments détruits. L’agriculture fut, elle aussi, sinistrée pour plusieurs années jusqu’au coude du Rhône. C’est l’avancée du glacier du Giétro qui avait obstrué le haut de la vallée formant ainsi un immense lac en amont qui menaçait les habitants. Les gens du lieu tentèrent d’éviter ce drame. Notamment Jean-Pierre Perraudin, paysan de Lourtier, qui fut, à partir de son expérience de terrain, l’un des premiers initiateurs de la théorie de l’avancée des glaciers. Ce documentaire dramatisé est une pièce essentielle à l’histoire de la glaciologie.

Prix des Jeunes

Prix de l’Ecole Hôtelière de Lausanne

CHF 1’500.-

Loved by all. The Story of Apa Sherpa 

De Thulé (Suède), 13’

Apa Sherpa est le seul homme au monde à avoir gravi 21 fois l’Everest. Il a grandi dans la région de Khumbu au Népal. A l’âge de 12 ans, il est obligé de quitter l’école et de travailler comme porteur. Il doit ainsi abandonner son rêve : devenir médecin. Il replonge dans son passé en suivant le jeune Pemba Sherpa, un enfant qui doit marcher six heures par jour pour accéder à la formation scolaire et la connaissance.

Le Prix du dépassement de soi

Prix du Lions Club Chablais

CHF 1’500.-

Runners

De Lukasz Borowski (Pologne), 72’

Un ultratrail polonais. Une course de plus de 300 km à parcourir en quarante-huit heures. Pendant ces deux jours, les concurrents n’ont pas la possibilité de dormir, ne s’arrêtent pratiquement jamais et se nourrissent en courant. Au bout de plusieurs heures, certains souffrent de contusions, de blessures, d’autres ont des hallucinations. Mais pourquoi prendre part à une telle épreuve ? En suivant trois compétiteurs on comprend que courir ainsi les aide à se sortir de problèmes et de soucis professionnels ou privés, mais également des traumatismes du passé.

Le Mérite Alpin 2018

Emanuel Cauchy

Membres du jury 2018

Marianne Chapuisat | Jean-Paul Mudry | Caroline Christinaz | Philippe Grand | Hubert Gay-Couttet

 

Télécharger l'historique

Palmarès 2018Palmarès 2017Palmarès 2016  | Palmarès 2015 | Palmarès 2014 | Palmarès 2013 | Palmarès 2012